Agence de communication à Mulhouse

CONSEIL EN MARKETING & COMMUNICATION

Comment surmonter le syndrome de l’imposteur (en tant qu’entrepreneur)

two people sitting during day

Aujourd’hui, je veux parler de quelque chose qui affecte beaucoup de nouveaux entrepreneurs ou, plus généralement, chez les personnes qui apprennent de nouvelles compétences ou font quelque chose de significatif dans leur vie : le syndrome de l’imposteur.

Le syndrome de l’imposteur affecte toute personne qui commence quelque chose de nouveau et qui se sent mal à l’aise ce qui lui donne le sentiment d’être un imposteur. Je ne peux pas faire ça parce que je ne suis pas le meilleur au monde dans ce domaine.

Malheureusement, les gens qui ressentent cela arrêtent souvent de faire ce qu’ils font parce qu’ils se sentent illégitimes de faire ce qu’ils avaient initialement entrepris.

Je pense donc qu’il est important d’en parler.

Je discute souvent de la façon de gérer ce sentiment de ne pas être le meilleur. J’ai l’impression d’avoir peur, de ne pas savoir si je dois continuer à faire ça. C’est quelque chose avec lequel j’ai lutté pendant longtemps et avec lequel je lutte encore aujourd’hui. Pourtant, chaque fois que j’apprends une nouvelle compétence ou que je fais quelque chose de nouveau, il y a toujours ce sentiment et cette voix au fond de ma tête qui me disent : « Tu n’es pas le meilleur au monde dans ce domaine, de quel droit peux tu aider quelqu’un d’autre dans cette situation ? »

Ici, je veux simplement vous partager quelques astuces qui m’ont aidé à gérer ce sentiment, à surmonter l’idée d’être un « imposteur » et aussi vous donner quelques façons de penser à ce sujet afin que vous soyez en mesure de vous lancer dans cette nouvelle compétence ou cette nouvelle entreprise ou quoi que vous fassiez dans votre vie avec une énergie nouvelle et sans avoir l’impression d’être un imposteur.

La première chose est que tout le monde commence par être un « imposteur ». Cela semble bizarre. Mais si vous pensez à quelqu’un comme Jeff Bezos qui a créé Amazon, l’une des plus grandes entreprises du monde, a commencé comme une « simple » librairie en ligne. Ce n’était pas une entreprise qui vendait tout et ‘importe quoi. Pensez-vous que Jeff Bezos savait qu’il allait construire l’une des plus grandes entreprises du monde ?

Probablement pas.

Je veux dire, peut-être que c’était son but, mais ça n’a pas été le cas au tout début de son projet.

Amazon n’a pas commencé comme la plus grande entreprise du monde. Donc d’une certaine manière, Jeff Bezos était un imposteur au début de son projet. Tout le monde – d’une manière ou d’une autre – commence de cette façon et il s’agit juste d’apprendre à gérer et à penser à cela et à l’utiliser pour vous inciter à continuer au lieu de l’utiliser comme un moyen ou une excuse pour ne pas faire cette chose sur laquelle vous travaillez. C’est votre responsabilité en tant qu’entrepreneur de partager vos idées, d’apprendre de nouvelles choses et de partager ce que vous apprenez avec le monde.

Du moins, c’est mon avis. Ce que je veux faire ici, c’est partager avec vous trois façons dont j’ai pu surmonter le syndrome de l’imposteur, ou du moins ce que j’utilise, cet état d’esprit que j’utilise pour gérer ce sentiment d’être un imposteur.

Imitez puis innovez

Le premier conseil pour surmonter le syndrome de l’imposteur est de d’abord d’imiter et ensuite d’innover.

C’est ce que les plus grands font ou ont fait dans le monde. Chacun d’entre eux n’a pas commencé par être un innovateur. Ils ont d’abord commencé à imiter quelqu’un d’autre qui était un expert dans le domaine, puis ils ont créé leur propre style et leur propre façon de faire les choses après avoir commencé à imiter cette personne.

Ainsi, par exemple, beaucoup de gens me demandent comment j’ai fait pour apprendre telle ou telle compétence. Je n’ai pas commencé par proposer ces services en me positionnant comme le meilleur expert marketing au monde. Je ne suis toujours pas – et de loin – le meilleur au monde. Mais la façon dont j’ai commencé était que je trouvais des idées d’experts reconnus et je m’inspirais de leurs pages de vente, de leurs séquences d’emails. Je décortiquais chaque élément afin de les graver dans mon cerveau et d’apprendre comment ils s’y prenaient, leur style d’écriture, ce qu’ils faisaient, comment ils passaient d’une phrase à l’autre.

J’ai pu apprendre la structure d’une bonne page de vente et de bons emails et ça m’a collé à la peau pendant des mois. Ainsi, après avoir analysé des centaines et des centaines de pages de vente et d’e-mails de certains des plus grands de l’industrie, j’ai commencé à avoir un meilleur sentiment de l’écriture dans le flux et comment les choses sont censées fonctionner.

Et à partir de là, j’ai été capable de créer mes propres histoires dans mon propre style et ma propre forme d’écriture.

Mais ce n’est qu’en commençant par imiter les grands que j’ai pu comprendre comment les choses fonctionnaient. « OK, c’est comme ça que se fait la structure des phrases ». « C’est ainsi que se déroule la séquence des emails… », et c’est ainsi que vous pouvez créer votre propre ton et votre propre voix.

Certains des plus grands artistes du monde ont fait ça aussi. Et certains des plus grands sportifs, comme Kobe Bryant, ont calqué leur jeu sur celui de Michael Jordan à ses débuts.

Et finalement, tout au long de sa carrière, il s’est amélioré et il a eu son propre style, son propre instinct. Mais tout a commencé par l’imitation de Michael Jordan.

C’est donc l’étape numéro un, il faut d’abord imiter ce qui fonctionne, le célèbre « Fake it ’til you make it » en quelque sorte.

Ce qui est facile pour vous ne l’est pas nécessairement pour les autres

Le conseil numéro deux est que ce n’est pas parce que quelque chose est facile pour vous ou évident pour vous que c’est évident pour les autres. Il est donc important de valoriser ce que vous faites. Et c’est drôle parce que plus on s’améliore et plus on va vite dans ce qu’on fait, plus ont minimise cette chose et moins on a tendance à l’apprécier.

Et on commence à penser, oh, c’est si facile pour moi. C’est ennuyeux. C’est ennuyeux parce que je peux le faire dans mon sommeil et nous commençons à prendre l’habitude de penser que si c’est ennuyeux et facile et évident pour moi, ça doit être comme ça pour tout le monde.

Et c’est comme ça que j’abordais bon nombre de mes prestations. Créer un site web avec les outils actuels est extrêmement simple. Ecrire des emails et des pages de vente n’a jamais été aussi facile qu’avec l’intelligence artificielle. Il est donc facile de penser que c’est évident pour tout le monde, mais ça ne l’est pas.

Cela peut parfois sembler bizarre et contraire à l’éthique de faire payer quelque chose pour laquelle vous passer très peu de temps. Vous pourriez même être tenté de baisser vos prix.

Nous avons souvent tendance à sous-évaluer les choses pour lesquelles nous devenons bons. Quand nous devenons meilleurs et plus rapides, nous devrions facturer plus. Nous devrions les valoriser davantage parce que les gens cherchent cette chose qu’ils ne savent pas faire.

Ce n’est pas parce que quelque chose est plus facile ou évident pour vous que c’est la même chose pour tout le monde. La deuxième étape consiste donc à valoriser ce que vous faites, surtout si cela vous semble facile et évident, car il y a de fortes chances que ce ne soit pas le cas pour tout le monde.

Un élève de première qui aide un élève de seconde

Le troisième conseil est juste cet état d’esprit que vous êtes juste un élève de première aidant un élève de seconde. Donc vous n’avez pas besoin d’être l’expert numéro un dans votre domaine. Vous n’avez pas besoin d’être un professeur d’université pour aider un élève de CE1. Il suffit d’avoir une année d’avance et de l’aider à passer à l’étape suivante.

Ainsi, que vous proposiez des services ou un coaching ou que vous organisiez un cours en ligne, pensez-y comme un élève de première qui aide un élève de seconde. Bien sûr, vous devez savoir de quoi vous parlez, mais tant que vous êtes capable d’aider un élève de CE1 à obtenir un résultat, c’est tout ce dont vous avez besoin. Il n’est pas nécessaire d’être un professeur d’université avec tous ces diplômes, ces récompenses et ces réalisations pour aider quelqu’un qui n’est qu’en CE1.

En réalité, il serait probablement mauvais qu’un professeur d’université aille en CE1 et essaye d’apprendre les équations différentielles à un élève de CE1 qui essaie d’apprendre le calcule pour la première fois.

C’est ainsi que je vois les choses maintenant. Puis-je aider quelqu’un à obtenir un résultat significatif ? Puis-je l’aider à passer du CE1 au CE2 ? De la seconde à la première ? Si oui, je suis tout à fait d’accord pour aller de l’avant et les aider autant que je le peux.

Je suis juste un élève de première qui aide un élève de seconde.

Un bon exemple nous est donné par Tony Robbins. Il n’a aucun diplôme de développement personnel ou de psychologie, en psychiatrie ou autre. Pourtant, il vaut 600 millions de dollars et a probablement aidé plus de gens que tous les psychologues et psychiatres réunis. Au début de sa carrière, quelqu’un lui a dit : « Vous n’avez pas ces diplômes, vous n’avez pas toutes ces récompenses. En quoi êtes-vous qualifié pour aider ces autres ? » Ce a quoi il a répondu : « Eh bien, je veux juste les aider et je veux aider autant de personnes que possible« .

Et c’est ce qu’il a fait. Vous n’avez pas besoin d’être le numéro un dans votre domaine pour aider quelqu’un. Peu importe ce que vous faites, vous n’êtes qu’un élève de première qui aide un élève de seconde. Et c’est de cette façon que vous devriez penser à tout ce que vous faites qui pourrait aider quelqu’un d’autre à obtenir un résultat significatif dans sa vie.

Ces trois conseils m’ont aidé à surmonter le syndrome de l’imposteur et à le gérer. Le conseil numéro un est d’abord d’imiter puis d’innover. Vous n’allez pas être le meilleur innovateur dans un domaine lorsque vous débutez. Commencez donc par imiter et innovez ensuite en vous basant sur votre propre style, vos propres apprentissages.

Le conseil numéro deux est de valoriser ce que vous faites. Ce n’est pas parce que c’est facile et évident pour vous que c’est facile et évident pour tous les autres. Et le conseil numéro 3 est que vous êtes un élève de première qui aide un élève de seconde. Vous n’avez pas besoin d’être un professeur d’université. Vous n’avez pas besoin d’être le numéro un dans votre domaine pour aider quelqu’un à obtenir un résultat et améliorer sa vie ou son entreprise d’une manière ou d’une autre.

J’espère que cela vous aidera à surmonter le syndrome de l’imposteur si vous vous battez avec ça en ce moment.

Cela m’a vraiment aidé à changer mon état d’esprit, à passer à l’action et à continuer à me développer, même dans les moments où je me disais :  » Peut-être que je ne suis pas le meilleur du monde, peut-être que je devrais arrêter de faire ça parce que je ne suis pas encore au sommet de mon domaine « .

Ça n’arrive jamais comme ça. Cela n’arrive qu’une fois que vous avancez, que vous prenez les mesures, que vous agissez de manière cohérente.

techniques_growth_hacking

SUIVEZ-NOUS

growth-hacking-mulhouse-w

Parlons-en sans plus attendre ! Nous serons heureux d’échanger sur votre projet et la manière dont nous pouvons vous aider.

VOUS AVEZ UN PROJET, UNE IDÉE ?